Quels sont les usages du chalumeau oxyacétylénique ?

Le soudage à oxyacétylénique est une procédure de soudure à la flamme. L’assemblage est réalisé par la chaleur de la flamme produite par la combustion du gaz combustible d’acétylène C2H2 et du gaz oxydant d’oxygène O2. L’assemblage à l’oxyacétylénique est codifié selon EN 4063 codes 311. Le brasage à la flamme forte est codé 912 et le brasage à la flamme douce est codé 942.

Utilisation d’un chalumeau oxyacétylénique

Une torche spéciale à oxygène et acétylène a deux robinets, et le gaz est libéré des deux robinets puis évacué vers l’orifice d’étalonnage. Il faut tenir compte de la pression de travail parfaite mesurée en bars pour équilibrer les deux gaz. Lors de la sortie, la flamme peut être réglée plus facilement en réglant les trois niveaux différents du chalumeau coupant : le plus chaud à 3000° est appelé le dard, puis la zone de réduction et le panache. La flamme doit suivre une poussée très droite et ne peut pas s’incliner à gauche ou à droite pour mieux souder le métal.

Afin de répondre à ces conditions d’utilisation, vous devez disposer d’un équipement de soudage suffisant. Le choix correct du pistolet de soudage peut permettre d’obtenir un soudage ou un brasage réussi. Par conséquent, le choix de la tige de soudage est très important. Afin de vous donner quelques idées de matériel professionnel, n’hésitez pas à vous rendre dans un magasin spécialisé dans la vente de chalumeau oxyacétylénique, il existe différents produits pour souder, couper ou chauffer. Vous y trouverez le matériel complet avec l’équipement nécessaire, comme la tête de coupe de la torche de coupe.

Principe du procédé de soudage a la flamme oxyacétylénique

Lorsque le mélange O2 et C2H2 est correctement équilibré dans la torche, la température de la flamme peut atteindre 3 100 degrés Celsius. Le métal d’apport (tiges métalliques droites d’ø 0,8 mm à ø 4,0 mm) est introduit à la main dans le bain de fusion.

L’énergie thermique de la flamme fait fondre localement les pièces à souder et le fil d’apport pour former un bain de fusion, qui sera soudé après refroidissement. La torche de soudage est reliée à la bouteille de gaz combustible acétylène et à la bouteille de gaz de combustion oxygène par le tuyau d’alimentation en gaz, par le régulateur de pression placé sur chaque bouteille et vérifier les équipements de sécurité.

Le soudeur ouvre la vanne sur la bouteille de gaz, puis ouvre d’abord la vanne d’acétylène sur la torche de soudage, allume le gaz, puis ouvre la vanne d’oxygène pour ajuster la composition pour acquérir une flamme neutre. Afin d’éviter que des étincelles d’acétylène dans l’appartement ne génèrent des dépôts de fumée noire, il est préférable d’ouvrir très peu la vanne d’oxygène, puis d’ouvrir complètement la vanne d’acétylène et d’enflammer le mélange avec des pierres. Le réglage de la flamme et du stinger se fera par la valve à oxygène.

À quoi servent les torches oxyacétyléniques

La flamme oxyacétylénique a la possibilité de s’élever au-dessus de 3000℃, et son chalumeau est très pratique. Par conséquent, la torche de soudage est adaptée au soudage en utilisant le métal d’apport fourni par la baguette de soudure. Il permet également de découper des tubes et des tôles dans toutes les positions même en verticales ou à l’envers. Leur épaisseur doit être maintenue inférieure à 2 mm.

Vous pouvez utiliser un chalumeau oxyacétylénique pour le soudage ou pour le soudage. Il a un large éventail d’utilisations et convient à une variété de matériaux et de procédés :

  • soudure à l’étain
  • soudure au plomb
  • soudure au zinc
  • soudure d’aluminium
  • brasure au cuivre
  • soudure à l’argent
  • soudage de l’acier
  • soudure de métal d’apport avec de l’étain, du zinc ou du plomb

Avec un chalumeau oxycoupage équipé d’un second dispositif d’apport d’oxygène, vous pouvez effectuer l’oxycoupage. Cela implique de couper le métal par l’oxydation rapide du jet d’oxygène (pas la force du jet).

Réglage de la torche oxyacétylénique

La flamme oxyacétylénique est constituée par deux gaz acétylène et oxygène, et la bouteille de gaz est reliée au débitmètre derrière le régulateur par un tuyau. La caractéristique de la buse équipée de la buse chalumeau oxyacétylénique est le débit provoqué par son orifice. Le réglage de la torche est basé sur le débit d’acétylène utilisé comme combustible par heure.

Le débit est affiché directement sur la buse. Ce nombre correspond au nombre de litres qui seront déchargés par heure. Par exemple, une buse marquée du numéro 50 signifie qu’elle fournira 50 litres d’acétylène par heure. Vous pouvez choisir une variété de buses en fonction du travail à effectuer. La torche oxyacétylénique est référencée en fonction de son débit maximum autorisé. Cela signifie que vous ne pouvez pas utiliser toutes les buses sur le même chalumeau oxyacétylénique.

Les lampes torches sont répertoriées de 00 à 2 :

  • torche de soudage avec maximum 140 buses n° 00 : débit de 10 à 140 l/h
  • torche de soudage avec 200 buses maxi n° 0 : le débit est de 50 à 200 l/h
  • torche de soudage avec 140 buses maximum n° 1 : débit de 250 à 1000 l/h
  • torche n° 2 de 1250 à 5000 l/h, à usage industriel
Travaux d’agrandissement à Toulouse : contacter un spécialiste en ligne
Poser du parquet stratifié : quelques conseils de pose